Outils personnels
Vous êtes ici : Accueil ERNEST GRAVY et le « Patrimoine Preslois » asbl Anthologie - Dossiers Le Hainaut en 190 sonnets
« Avril 2017 »
Avril
LuMaMeJeVeSaDi
12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
 

Le Hainaut en 190 sonnets

le hainaut en 190 sonnets (par Clovis Rocrelle)
extraits de : les leçons de l’histoire

 

 

Presles, 57 avant J.-C.

La guerre, Hannonia, le triumvir romain,

César, te l’apportait avant que fut la poudre ;

À Presles, il paraît de même que la foudre

Après avoir vaincu l’héroïsme germain. 1

 

Sans attendre, César attaquera demain ;

La ligue Belgium, il a su la dissoudre ;

Presque seul, le Nervien va devoir se résoudre,

À barrer, du pays des aïeux, le chemin.

 

En fauve rugissant, il surgit des forêts ;

Il traverse la Sambre et fonce sans arrêts

Sur le Romain saisi, tout à coup, de panique ;

 

César voit le danger, s’empare de la pique

D’un des nombreux fuyards qu’il ramène au combat ;

Rome fait reculer la Nervie… et l’abat !

 

 

Cinq cents hommes à peine échappent au carnage !

(Homère a-t-il chanté jadis de tels exploits ? )

Cinq cents !... Ils étaient prêts cependant les grands bois

À recueillir les preux qui frappent avec rage ;

 

Les preux dont les Romains admirent le courage,

D’autant plus merveilleux que le nombre s’accroît

Des morts et des blessés qu’on entend et qu’on voit

Exciter, des vivants, la bravoure sauvage.

 

Jusqu’au dernier soupir, ils défendent, ces braves,

Tout ce qu’ils ont aimé : l’espace sans entraves,

La forêt, le soleil, le tombeau des aïeux ;

 

Ils défendent la terre où, libres, leurs ancêtres,

Fiers et puissants, vivaient loin de Rome, sans maîtres,

Les aïeux réveillés, debout, impérieux.

Et César commenta 1 la valeur de ces braves

Qui, semant la terreur dans les rangs des Romains,

Avaient failli fermer à Rome les chemins

De l’empire du monde et du siècle d’Octave.

 

Et d’eux, le sort faisait des morts ou des esclaves

Que n’avaient pu sauver leurs efforts surhumains,

Qui n’avaient devant eux que d’affreux lendemains

De joug, de cruauté, de misère et d’entraves.

 

Cinquante mille morts !... Presque toutes les hordes

D’Atrébates, Nerviens et de Véromandois,

L’élite des guerriers et des Belges et Gaulois.

 

Et ton âme, ô César, que leur fougue déborde,

Devant de tels lions put à temps se raidir

Et Rome se sentit, en son Jules, grandir.



Les bardes



Oh ! oui, ce fut vraiment une lutte tragique

Que ce combat fameux au milieu des grands bois

Où se fit égorger la Nervie aux abois

Pour sauver, il y a deux mille ans, la Belgique. 2

 

Moins heureuse que Troie, ô Nervie héroïque,

Tu n’eus point pour chanter tes hauts faits, tes exploits,

Le génial poète à la divine voix

Dont on écoute encor les récits homériques.

 

Il y eut cependant près du Caillou qui bique

Une âme que hantait notre Hainaut épique ;

Du sommeil éternel, maintenant elle dort ;

 

En plein chant triomphal, tu nous l’as prise, ô Mort !

Qui la remplacera pour chanter la Nervie

Morte en bloc, pour ne point se survivre asservie ?

 

 

 

Qui suppléera celui que l’ample renommée

Acclame du Caillou qui bique au mont altier,

De la ville au hameau, du manoir au moutier

Où sa gloire de grand poète est proclamée ?

 

C’était lui qui allait, ô patrie inhumée

Dans la brume des temps, pour te glorifier ;

C’était le chantre élu par le pays entier

Pour n’en faire qu’une âme en sa verve enflammée ;

 

L’âme du souvenir des grands bois chevelus,

Des menhirs, des dolmens et des monstres velus,

Des druides qui cueillaient les guis aux fronts des chênes ;

 

Et de mil huit cent trente où tombèrent nos chaînes,

L’âme qui te hantait, Verhaeren-Apollon,

Ô grand Belge inspiré, ô grand Flamand-Wallon !



Entre-Sambre et Meuse



Les sièges forcenés de la terre et des cieux

Sont-ils à leur déclin et, comme ce qui sombre,

Disparaîtront-ils au large, en la pénombre,

Parce qu’on disparaît lorsque l’on se fait vieux ?

 

Alors que l’on regarde en arrière, anxieux

De savoir ce qu’on laisse enténébré, dans l’ombre,

Et tout ce qui se cache au milieu des décombres

Des âges, des passés vagues, mystérieux.

 

Belle Entre-Sambre et Meuse autrefois si peuplée

Et qui fus si longtemps appauvrie, esseulée,

Tu dois nous dérober bien des choses d’antan ;

 

Tu fus, dit-on, prospère 1 il y a bien longtemps,

Mais le Barbare vint et, te jetant par terre,

Il te creuse, pour tombe, un trou dans le mystère.



Constellation des grandes batailles du Hainaut



Presles, Bouvines de la constellation

Des batailles que vit notre terre hennuyère,

Savez-vous que des sœurs géantes, meurtrières

Ensanglantent l’esprit de rouges visions ?

 

Icares d’aujourd’hui, dans des vols d’avions,

Suivez, de mon Hainaut, les contours de la terre :

Voici son pied de roc, de marbre et de calcaire

Et son torse courbé pour scruter, dirait-on,

Des vestiges d’antan en des feuilles nouvelles,

Des passés d’univers aux luttes éternelles

Comme il sied à l’esprit d’un Hercules géant ;

 

Hercule, mon Hainaut, mets-toi sur ton séant

Qu’on puisse contempler ta gigantesque taille

Et te voir constellé de tes grandes batailles.



La désunion des anciens Belges qui permet à César de les vaincre



Grandes batailles, oui… Voici celle de Presles 1

Épique, colossale où tout un peuple meurt,

Un peuple de héros qui ne sait point la peur

Et dont l’effort immense, à Rome, se révèle ;

 

À côté de ces preux, le chêne se sent frêle,

Les chênes sous lesquels ils trépignent d’ardeur ;

Le Romain est pour eux un barbare, un voleur

Qu’ils vont anéantir dans un vaste coup d’aile.

 

Ils traversent la Sambre en un superbe essor ;

Ils vaincraient les Romains, sûrement, si le sort

N’avait mis un César, un génie à leur tête ;

 

Du centre de l’empire, ils brisaient la conquête ;

Dans l’œuf, ils comprimaient le monde des Romains,

Et l’Avenir sortait transformé de leurs mains.

 

 

À Presles, grands héros, aïeux, entendez-nous ;

Ô Belges devant qui nous tombons à genoux

Afin de célébrer votre bravoure antique,

En ce combat qui vaut tous les combats épiques.

 

Aujourd’hui nous savons, ancêtres, mieux que vous

Que le néant n’est point et que le viatique,

Que la masse-énergie 2 est masse énergétique ;

Vous le prouvez, savants, que certains disent fous.

 

Oui, Nerviens, vous vivez à Presles, sur la terre

Où vous n’eûtes jamais un coin de cimetière

Pour veiller sur vos os qu’on ne retrouve plus !

 

Car ils sont, semble-t-il, retournés en poussière,

Dans l’espace éternel, faire de la lumière

En des temps qui, jamais, ne seront révolus.

 

 

Non, vous n’eûtes jamais un coin de cimetière,

Une stèle de marbre, une dalle de pierre,

Un modeste fragment de bronze ou de granit

Qui dise, si l’on tourne en cycle indéfini, 1

 

Oui, c’est là que leur sang détrempa cette terre

Que vous aimiez, Nerviens, et qui vit tant de guerres

Dont jamais les héros n’ont pu lire : Ci gît

Un peuple dont les jours furent soudain finis,

 

Car il fut le vaincu, ce peuple qui n’eut pas

Devant lui des marais, pour se défendre, hélas !

Comme il en fut jadis pour une autre peuplade ;

 

Comme il en fut aussi pour d’autres descendants

Qu’on a glorifiés naguère, ce pendant

Qu’on oubliait, Wallons, vos héros d’Iliade ! 2



Bouvines et l’unité française



Presles s’élève à l’est, aux reins de la province ;

Près du front hennuyer, son frère est au ponant,

Bouvines qui devait voir le morcellement

De la France, au profit d’une meute de princes,

 

Si leur cerbère affreux, à gueule énorme où grince

La rage qui déchire ensuite à belles dents,

Si leur dragon ou bien l’un de ses revenants

Avait pu la broyer, sanglante, entre ses pinces.

 

Mais la meute est en fuite et la fougue française

Vient de se révéler sortant de la fournaise

Où se moule, en plein feu, l’âme des nations ;

 

Cette âme suivons-là ; suivons les visions

Qu’en filme l’avenir ! Est-il plus grande chose

Que cette âme montant vers son apothéose ?

 

 

 

Imprimerie G. COLLIN & FILS à Péruwelz

(Ndlr. Année indéterminée que nous situons directement après la première Guerre mondiale)

 

 

 

1 Arioviste et les Suèves de l’au-delà du Rhin.

1 Commentaires de César : De tous les peuples de la Gaule,

les Belges sont les plus braves.

Rien n’était au-dessus de leur courage.

2 On disait alors : Belgique première, seconde.

1 Cette prospérité devait être due aux couches de minerai de fer dont il est resté des tas non complètement exploités.

1 Napoléon III s’intéressa à l’emplacement de cette bataille qu’on situait aussi à Hautmont.

2 Voir précédemment.

1 Trois mouvements universels hypothétiques dont l’un en cycle indéfini fait repasser en des lieux précédents après X millions d’années-lumière.

2 Où Homère a chanté des exploits moins fameux que celui des Nerviens.

Actions sur le document