Outils personnels
Vous êtes ici : Accueil ERNEST GRAVY et le « Patrimoine Preslois » asbl Anthologie - Dossiers extraits du registre des procès-verbaux du conseil communal de presles (de la fin du XIXe siècle jusqu’en 1923)
« Février 2017 »
Février
LuMaMeJeVeSaDi
12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
2728
 

extraits du registre des procès-verbaux du conseil communal de presles (de la fin du XIXe siècle jusqu’en 1923)

EXTRAITS DU REGISTRE DES PROCÈS-VERBAUX DU CONSEIL COMMUNAL DE PRESLES
(DE LA FIN DU XIXe SIÈCLE JUSQU’EN 1923)


  • Note de la rédaction

Nous ne donnons pas ci-après les comptes-rendus des diverses interventions concernant les grands sujets qui furent à l’ordre du jour de la vie des Preslois comme par exemple la distribu­tion de l’eau potable à Presles, l’enseignement, les multiples interventions concernant la mise en service de la ligne du tram à vapeur Fosses-Châtelet, etc. Ces sujets sont relatés dans les écrits d’Ernest GRAVY.



La guerre 14-18

Le sujet n’est abordé que sous l’aspect des contraintes et difficultés qu’il occasionne aux mandataires et habitants au fur et à mesure des interminables années 1914 à 1918 et suivantes. Afin de faire face à cette situation exceptionnelle, la commune dut avoir recours à de multiples emprunts à court terme auprès de personnes privées (bien souvent des emprunts de 1000 F ou 2000 F remboursables à un an moyennant un intérêt de 5 %), pour pouvoir intervenir dans les frais d’hospitalisation de personnes insolvables, aider de nombreuses familles ou encore veiller à subvenir à l’alimentation strictement minimale de la population. Tous ces faits sont connus mais il nous semble utile de les rappeler.

Dès septembre 1914, l’avis suivant est affiché à Presles et dans les communes voisines :

Prix des denrées alimentaires : ne pas être supérieur à 1,75 F pour le ½ kg de beurre – 0,2 F pour le litre de lait – 0,1 pour le kg de pommes de terre – 0,3 F le kg de pain avec tolérance en moins de 20 grammes par kg.

Il est demandé également aux charbonnages des environs d’étendre la vente du charbon à tous les habitants de Presles au tarif réduit dont jouit son personnel



Conseil communal du 4 octobre 1914

[…] Le conseil communal décide d’allouer jusqu’à la fin de la guerre aux épouses des sol­dats sous les drapeaux, une indemnité journalière de 50 centimes avec accroissement de 25 cen­times par enfant […].



Conseil communal du 6 novembre 1914

[…] La commune de Presles a droit à 1 972 Kgs de farine pour 10 jours. Cette quantité sera fournie aux boulangers VERBEUTEN et BOULANGER (de Châtelet) avec obligation pour eux de fournir 130 kgs de pain par 100 kgs de farine reçue […].



Conseil communal du 17 novembre 1914

  • Nomination d’un Comité de Secours

[…] Il est nécessaire de former un Comité de Secours local qui sera chargé de répartir entre les nécessiteux de la commune.

Présidents : Comte Jacques d’Oultremont et Gustave BAUDELET.

Secrétaire : Joachim TILMANT.

Membres : Pierre WAUTHIER, Alphonse MARTIN et Jean-Baptiste CERFAUX.



Conseil communal du 28 mars 1915

[…] Considérant que le règlement adopté par l’AMERICAN COMMISSION FOR RELIEF IN BELGIUM donne le droit aux conseils communaux de décider souverainement sous quelle forme la ration sera distribuée aux habitants.

[…] Considérant que la classe pauvre, déjà si éprouvée par les événements actuels, se verrait astreinte à des nouvelles dépenses de panification et de cuisson […] (suivent différentes dispositions d’application).



Conseil communal du 9 septembre 1915

[…] Vu l’arrêté du gouverneur général VON BISSING concernant la saisie du foin des récoltes de 1915.

Attendu que la commune de Presles est réquisitionnée pour 40 000 kgs de foin à fournir en botte de 10 kgs […].



Conseil communal du 10 juin 1916

[…] Le conseil décide d’allouer un subside de cinquante francs par mois au Comité de Secours sans engagement pour un temps déterminé […].



Conseil communal du 30 décembre 1916

[…] Vu les instructions du Comité National relatives à l’installation de l’œuvre dite LA SOUPE POPULAIRE à établir dans chaque commune.

Considérant que cet organisme est appelé à rendre des services appréciables dans les grands centres industriels et dans les villes où le manque de pommes de terre et légumes se fait le plus sentir […].

Considérant que la commune de Presles ne peut être classée parmi les localités susmen­tionnées car la plupart des ménages possèdent un jardin […] décide à l’unanimité qu’il n’y a pas lieu d’instituer la soupe populaire à Presles […].



Conseil communal du 1er avril 1917

Le conseil décide à l’unanimité d’exploiter une culture communale pour la production de légumes qui seront répartis entre tous les habitants de la localité […].

[…] L’administration communale louera les terrains à la culture de gré à gré, ou au besoin les prendra par réquisition.



Conseil communal du 28 avril 1917

[…] Le conseil communal décide de prendre en location à Victor VAN EECKHOUDT, fer­mier à Presles, une parcelle de 3 Ha, 36 A et 09 centiares pour la culture communale pour le prix de 400 F l’hectare.



Conseil communal du 30 juin 1917

[…] Considérant que les terres de toutes espèces destinées à l’alimentation deviennent de plus en plus rares et que le coût en est de plus en plus élevé.

Vu l’impossibilité pour une grande partie de la population de pourvoir elle-même aux néces­sités impérieuses de son alimentation.

Vu l’obligation où se trouve la commune de recourir à l’emprunt pour faire face aux dépen­ses extraordinaires qui lui sont imposées par l’aide à apporter à ses concitoyens éprouvés par la guerre.

À cette fin déclare emprunter à la Société du Crédit Communal la somme de 8 000 Frs équivalente à un emprunt de 10 F par habitant (N.B. : cette somme était destinée en priorité à l’achat de viande).



Conseil communal du 25 août 1917

[…] Il décide que si le repas scolaire est repris et fonctionne dans de bonnes conditions, il accordera (N.B. : le conseil communal) volontiers un subside à cette œuvre.



Conseil communal du 11 décembre 1917

[…] Monsieur le Docteur DESMANET de Bouffioulx est nommé Médecin Inspecteur des écoles. Il entrera en fonction le 1er janvier 1918.



Conseil communal du 30 mars 1918

[…] Le conseil décide à l’unanimité que la caisse communale fera les avances nécessai­res au paiement des secours accordés aux réfugiés français. Ces avances seront faites au Comité local de Secours qui est chargé d’effectuer les paiements aux évacués […].



Conseil communal du 18 juin 1918

[…] Le conseil décide de payer 100 F par mois à des veilleurs de nuit qui seront engagés au fur et à mesure des nécessités (N.B. : pour protéger les récoltes des vols).

[…] le conseil décide d’accorder une indemnité de 400 F, une fois donnée, pour l’éclairage électrique de l’église, à défaut d’huile ordinaire.



Conseil communal du 7 août 1918

[…] Considérant la chereté (sic) de la vie de plus en plus intense.

Attendu que les fonctionnaires et employés communaux de la police doivent fournir un tra­vail exagéré et ne jouissent pas d’un salaire en rapport avec celui-ci, décide d’accorder une indem­nité de vie chère de x francs pour l’année 1918 et suivantes au secrétaire communal, à GENOT Edmond et MARCHAND Antoine, à REMY Émile et GOFFAUX Maurice.

[...] Fonds de roulement pour l’alimentation de nos concitoyens : 6 000 F.

[…] Le conseil communal décide d’intervenir pour 5 centimes par jour et par élève en faveur des enfants (N.B. : de Presles) qui reçoivent la couque scolaire dans les écoles autres que celles de la commune.

[…] Le conseil décide de ne pas accorder de subside au Comité de Secours.

Attendu que la commune se charge elle-même de secourir les vrais nécessiteux.

Il refuse également son intervention dans les dépenses proposées par ce comité relatives aux opérations des enfants T… et M…



Conseil Communal du 12 décembre 1918

[…] Considérant que dans les temps actuels les modestes revenus des curés de campa­gne sont particulièrement affectés au soulagement, presqu’obligatoire (sic) des classes nécessiteuses

Décide

D’en appeler au Roi contre le rejet du crédit, par le Président de l’Administration Civile du Hainaut et prie Sa Majesté Albert 1er de rétablir le crédit à l’art. 38C tel qu’il a été voté par le conseil communal.



Conseil communal du 29 mars 1919

  • Secours alloué aux familles de militaires mariés :

[…] Le conseil communal décide que le secours communal alloué aux familles des militai­res rentrés sous les drapeaux sera supprimé à partir du 1er avril prochain. Ce secours pourrait encore être alloué après cette date aux familles reconnues très nécessiteuses.



Conseil communal du 10 mai 1919

[…] Attendu que depuis la libération du pays des milliers de mulets ont été introduits en Belgique […] décide de procéder aux formalités d’usage pour l’établissement d’une taxe commu­nale de 3 F sur les mulets servant à tous les usages.



Conseil communal du 13 septembre 1919

[…] Le conseil communal décide d’allouer à la Jeunesse, outre le subside de 100 F voté au budget de 1919, une somme de 400 F pour la célébration des fêtes patriotiques d’octobre 1919.



Conseil communal du 18 octobre 1919

[…] Le conseil décide d’allouer un subside de 600 F au Comité des fêtes célébrées en l’honneur des combattants.



Conseil communal du 24 octobre 1921

[…] Le conseil décide d’accorder une concession à perpétuité pour l’inhumation des sol­dats morts pour la patrie. Cette concession est de 9 centiares et se trouve en bas du chemin d’entrée.



Conseil communal du 10 décembre 1921

[…] Le conseil décide de souscrire pour une somme de 25 F à la ligue des Patriotes « N’oublions jamais » pour l’érection d’un monument à élever à la mémoire de l’héroïne nationale Gabrielle PETIT.



Conseil communal du 21 janvier 1922

[…] Le conseil décide d’allouer une somme de 25 F au Touring Club de Belgique pour le placement de bornes fixant la ligne extrême atteinte par l’envahisseur en 1914, ligne d’où il fut chassé au cours de l’offensive libératrice de 1918.



La police de Presles

Conseil communal du 27 novembre 1913

[…] Considérant que ledit garde-champêtre Désiré GOFFAUX est âgé de 80 ans, qu’il a rempli ses fonctions durant 47 ans avec zèle et dévouement

Propose

La mise à la retraite de cet agent avec une pension annuelle de 400 F à inscrire à l’article 37 des dépenses du budget communal. Cette pension prendra cours à partir de l’entrée en fonc­tion du nouveau titulaire.



Conseil communal du 19 décembre 1913

[…] Décide de reporter la délibération du 27 novembre 1913 et de lui accorder une pen­sion de retraite de 500 F à partir du 1er janvier 1914.



Conseil communal du 19 mars 1914

  • 3e objet

Attendu que le Sieur MOLLET Julien a été nommé garde-champêtre par arrêté du gouver­neur de la province de Hainaut en date du 4 mars 1914 […] fixe le traitement du garde-champêtre à la somme de 800 F.



Séance du 24 septembre 1914

Considérant que le garde-champêtre Julien MOLLET a abandonné ses fonctions le 22 août dernier, sans avoir informé les autorités communales, ni avoir obtenu un congé régulier, déci­de de supprimer le traitement audit garde-champêtre à partir du 22 août 1914.



Conseil communal du 4 octobre 1914

Considérant que suite au départ du garde-champêtre MOLLET il y a lieu de rétablir la poli­ce locale, Émile REMY est nommé agent de police.



Conseil communal du 18 juin 1918

[…] Le conseil décide de payer 100 F par mois à des veilleurs de nuit qui seront engagés au fur et à mesure des nécessités.



Conseil communal du 12 décembre 1918

[…] Attendu que les gardes-champêtres auxiliaires MARCHAND et GENOT n’ont plus de surveillance à exercer pendant les mois d’hiver […] décide de les conserver tout l’hiver au traite­ment qu’ils reçoivent actuellement […] (N.B. : nous ne trouvons pas trace de l’engagement de ces deux agents).



Conseil communal du 7 février 1919

[…] Après un échange de vue sur la situation que s’est créée le Sieur MOLLET Julien, garde-champêtre, par son absence de quatre ans et demi, le conseil ne prend aucune décision à son égard. Il décide de supprimer les emplois de gardes-champêtres auxiliaires exercés par MARCHAND Antoine et GENOT Edmond à partir du 1er mars 1919.



Conseil communal du 27 février 1919

[…] Revu sa délibération du 24 septembre 1914 suspendant de ses fonctions le Sieur MOLLET Julien, garde-champêtre en cette commune par suite de l’abandon de ses fonctions.

Attendu que l’intéressé est rentré à Presles et après avoir été interrogé a déclaré s’être réfugié en France par suite des événements de la guerre.

Décide de réintégrer le Sieur MOLLET Julien dans ses fonctions de garde-champêtre au 1er mars prochain.



Conseil communal du 10 mai 1919

[…] L’agent de police REMY Émile nommé le 4 octobre 1914 est nommé aux fonctions de fontainier.



Conseil communal du 30 avril 1920

Le conseil nomme LAMBOT Charles au poste d’agent de police-fontainier-fossoyeur en remplacement de REMY Émile.



Conseil communal du 1er mai 1921

[…] Attendu que le poste d’agent de police créé pendant la guerre ne répond plus aux néces­sités des temps actuels et que ces fonctions coûtent cher à la commune, cet emploi sera supprimé à partir du 31 mai courant.



La chapelle Saint Roch

Note de la rédaction

Les délibérations qui suivent concernent la chapelle Saint Roch que nous connaissons, située sur la place Communale à côté du centre culturel d’Aiseau-Presles.



Conseil communal du 8 juillet 1901

[…] Le conseil communal décide de faire dresser un devis pour la construction d’une nou­velle chapelle Saint Roch et un devis pour la restauration de l’ancienne (N.B. : celle que nous connaissons !)



Conseil communal du 31 août 1901

  • 3e objet

[…] Considérant que l’administration communale a décidé antérieurement de déplacer la chapelle Saint Roch.

Attendu que cette chapelle est en très mauvais état et qu’elle devrait être restaurée aux frais de la commune puisqu’elle appartient à celle-ci.

Attendu que cette chapelle ne sert pas aux cérémonies du culte, qu’une enquête de commodo et incommodo a été tenue à ce sujet et qu’aucune opposition ni observation n’a été faite concernant l’emplacement de cette chapelle.

Considérant qu’elle est située au milieu de la place publique et qu’elle gêne considérable­ment la circulation des voitures.

Attendu que M. le Comte Eugène d’Oultremont offre gracieusement une parcelle de terrain pour la reconstruction de la chapelle qui serait adossée contre le pignon de l’habitation de l’instituteur communal.

Décide

De faire démolir la chapelle en question et de la reconstruire à l’endroit susdit.

Expédition de la présente sera adressée à la Députation Permanente et à Messieurs les inspecteurs de l’enseignement que la chose concerne au frais d’approbation.



  • Note de la rédaction

Ce projet a été abandonné suite aux nombreuses protestations des Preslois. Qu’ils en soient remerciés.



Adjudications, travaux publics et divers

Conseil communal du 24 janvier 1899

[…] Le conseil décide de faire exécuter à l’abreuvoir des Binches des travaux de rejoin­toiement de l’intérieur des murs et de faire placer sur une partie des murs extérieurs une couche de terre plastique.



Conseil communal du 13 avril 1899

[…] Mise en adjudication publique la concession de l’extraction de terres plastiques au lieu dit SART JOARLETTE […] (N.B. : ce terrain se trouvait entre la rue Al Croix et la rue de Villers actuelle. L’adjudicataire fut « Exploitation de terres plastiques POULEUR Jean-Baptiste et Cie.).



Conseil communal du 8 juillet 1905

[…] Le conseil décide d’installer un bureau téléphonique à l’administration communale […]



Conseil communal du 30 octobre 1912

[…] Le conseil décide de faire installer le téléphone dans la commune. Il sera raccordé au réseau téléphonique de Châtelineau.



Conseil communal du 19 mars 1914

[…] Le conseil autorise le passage sur la commune d’une ligne électrique reliant Villers-Poterie à Aiseau.



Conseil communal du 14 décembre 1919

[…] Le conseil communal décide en principe l’installation dans la commune en payant comptant le coût de ces travaux à charge par la Société Anonyme de la Centrale Electrique de l’Entre-Sambre-et-Meuse à Auvelais de rembourser le montant de ces dépenses par trente annui­tés équivalentes à celles payées à la Société du Crédit Communal.



Conseil communal du 29 mai 1920

[…] Léon MICHAUX à Châtelet est déclaré adjudicataire de l’entreprise des travaux d’entretien et de réparation des dommages de guerre pour le prix de 92 804 F.

La soumission du 23 janvier était périmée mais MICHAUX accepte à condition de lui lais­ser la possibilité d’extraire les pierres nécessaires dans la carrière des Faliges.



Conseil communal du 6 août 1921

[…] Le terrain dit « La carrière des Binches » loué à MOURMEAUX Auguste sera réaffecté à la voirie et à destination de place pour jeux et festivités à partir du 1er octobre 1921. Information sera donnée au susdit MOURMEAUX […].



Conseil communal du 9 septembre 1921

[…] Le conseil décide de faire rechercher un endroit favorable pour le placement d’une pompe au puits du Coumagne.



Conseil communal du 10 septembre 1921

[…] Le conseil décide de faire démolir l’abreuvoir du Coumagne et de mettre ces travaux en adjudication ainsi que le voiturage d’environ 3 500 briques nécessaires au maçonnage du puits du Coumagne […].



Conseil communal du 1er octobre 1921

[…] Vu les soumissions remises pour la démolition de l’abreuvoir du Coumagne, l’une de 985 F de MARY Léon, la seconde de 1 000 F de HENIN François et THIBAUT Joseph.

Attendu que ces prix paraissent trop élevés.

Le conseil décide de ne pas les approuver et de remettre ces travaux en adjudication par de nouvelles soumissions.



Conseil communal du 8 octobre 1921

[…] Vu la soumission de Messieurs HENIN François, THIBAUT Joseph et MARY Léon présentée pour la démolition de l’abreuvoir du Coumagne et s’élevant à 850 F.

Attendu que ce prix correspond à l’estimation du conseil.

Celui-ci décide de leur adjuger les travaux.



Conseil communal du 17 juin 1922

[…] Le conseil décide de faire maçonner immédiatement le puits du Coumagne.





Conseil communal du 30 septembre 1922

[…] Vu l’impossibilité d’amener l’eau du puits du Coumagne aux deux endroits proposés, c’est-à-dire la place de ce quartier et l’emplacement de l’abreuvoir, le conseil décide de placer la pompe au coin du jardin PIERRET Alexandre sur le terrain de Madame la Comtesse d’Oultremont.



Conseil communal du 25 novembre 1922

[…] Le conseil communal examine la question du placement d’une pompe au puits du Coumagne, mais ne prend aucune décision relative à cet objet […].



Conseil communal du 8 décembre 1923

[…] Le conseil décide en outre de faire concasser et placer (N.B. : au cimetière) les pierres provenant de la démolition de l’abreuvoir du Coumagne.

Ce travail sera effectué par Émile ANCIAUX à raison de douze francs la journée.



  • Note de la rédaction

Rendons hommage à tous ces mandataires communaux qui dans des conditions extrê­mement difficiles conduisirent et conduisent encore aujourd’hui nos communes. Qu’ils soient de la majorité ou de l’opposition, nous sommes persuadés qu’ils oeuvrent pour la plupart pour le bien-être de leur concitoyens.

Nous terminons ce parcours très partiel des conseils communaux du début du vingtième siècle par trois délibérations que nos élus prirent en leur âme et conscience.



Conseil communal du 29 mai 1913

[…] Un subside de 75 F est accordé au comité du Jeu de balle de Presles pour l’organisation d’un concours.



Conseil communal du 21 mars 1907

[…] Protestation de la population de notre commune contre le projet de captation des sources de la Biesme à Oret.

En sa séance du 9 février 1907, la commune de Couillet décide (projette) de capter les eaux de la Biesme à son usage en s’appropriant les eaux de la principale source de notre rivière.

Le conseil communal proteste énergiquement auprès de la Députation Permanente ainsi qu’au Ministère de l’Intérieur […].



Conseil communal du 2 août 1921 – URGENCE

[…] Vu la sécheresse persistante, le conseil ordonne le rationnement de l’eau à partir du 5 août 1921.

Actions sur le document